mercredi 8 juin 2011

Aline KINER

Aline Kiner
Le jeu du pendu de Aline KINER

Edité par Liana Levy

Un paysage tranquille de Lorraine, à l’abri du ciel et du vent. Mais l’impression est trompeuse. Les blessures de la guerre, les vieilles haines et la mine y ont creusé bien des failles. C’est dans l’une d’elles qu’un matin d’hiver, le cadavre
d’une jeune fille est retrouvé, une corde savamment nouée autour du corps. Le lendemain, on découvre un curieux assemblage de brindilles dans le cimetière du village, à l’endroit même où, en 1944, au lendemain de la Libération, un homme a été pendu. Simon Dreemer, tout juste muté au SRPJ de Metz, et le lieutenant Jeanne Modover, une enfant du pays, devront sonder les âmes et les souvenirs des «gueules jaunes», ces anciens des mines de fer malmenés par l’Histoire. Lesquels des fantômes de la guerre ou de la mine sont revenus pour sacrifier des adolescentes?


Fille de mineur, Aline Kiner a passé son enfance dans un petit village de Moselle, entre usines des vallées sidérurgiques et forêts du plateau lorrain. Depuis toujours, elle est animée par le besoin d'écrire, et l'envie de comprendre le monde, ce qui se cache derrière les apparences, mais aussi les gens, ce qui les motive et les tient debout. "Montée" à Paris, après des études de lettres, pour suivre son compagnon, elle a l'occasion d'approcher un monde qui lui était jusqu'alors inaccessible – celui de la presse.
Après des années de formation – notamment à FR3 Ile-de-France – elle passe
plusieurs années à la revue Thalassa, en tant que rédactrice en chef adjointe, puis entre à Sciences et Avenir, où elle coordonne les rubriques environnement et archéologie, avant d'être nommée rédactrice en chef en 1999. Elle dirige aujourd'hui les hors-série de cette revue. Passionnée par l'histoire, particulièrement le Moyen Âge, elle a publié en 2004 La Cathédrale, livre de pierre, aux Presses de la Renaissance. Le Jeu du pendu est son premier roman.


SPSPCe roman étant  présélectionné pour le Prix 2012, nous vous le présentons sans commentaires 

Aucun commentaire: