mardi 12 juillet 2016

Christian CARAYON

 Un souffle Une ombre  de Christian Carayon
Edité par Fleuve Noir

Eté 1980 : Justine, adolescente de bonne famille, a eu l'autorisation de ses parents pour aller passer une nuit avec sa cousine et deux copains de classe, en marge de la fête du club nautique local, sur «l'îlot des bois obscurs» au centre du lac de Basse-Misère, dans le sud du massif
Le lendemain matin, ne les voyant pas venir, les parents traversent le lac pour rejoindre l'îlot et découvre l'horreur. Les corps meurtris des enfants, outragés, massacrés. Ils sont tous morts de manière effroyable à l'exception de Florie, la plus jeune, qui ne se remettra jamais de cette nuit.
A Valdérieu, principale agglomération du pays, c'est le choc et rien ne sera plus comme avant. Toute la région est traumatisée par ce fait divers.
Trente-quatre ans plus tard, le meurtrier supposé, croupit derrière les barreaux.
Marc-Edouard Peiresole, chercheur en histoire à l'université de Toulouse, ne croit pas en sa culpabilité. Témoin impuissant du drame alors qu'il n'était que collégien, il décide de retourner sur place et de reprendre toute l'enquête.
Un journaliste, avant de mourir, lui lègue une documentation détaillée de l'affaire.
Après bien des non-dits, des peurs, des traumatismes, la vérité va apparaître 

Biographie : Christian Carayon, agrégé d’histoire et professeur en lycée, vit dans la Sarthe. 
Véritable cinéphile, il est également féru d’écriture depuis son enfance. Il signe son premier roman avec "Le Diable sur les épaules" (Les Nouveaux Auteurs, 2012), un thriller historique se déroulant dans le Tarn, finaliste du prix du jury du Polar historique de la revue "Ça m’intéresse-Histoire". 
Son dernier livre, "Un souffle, une ombre", paraît en 2016 chez Fleuve Éditions. Les droits en langue étrangère ont déjà été cédés dans plusieurs pays. 

SPSP : Après un début trop descriptif. Le héros, Peirescole, s'attarde trop sur les cotés psychologiques et en fait presque une thérapie personnelle. Ce qui peut paraître un peu lourd. Christian Carayon nous embarque dans un souvenir noir, un événement qui a marqué toute un village avec une fin inattendue. Mais avec100 à 200 pages de moins le roman aurait gagné en dynamisme .

Aucun commentaire: