mercredi 6 juillet 2016

Philippe HAURET

Je vis, je meurs  de Philippe Hauret
Edité par Jigal

Serge retraité, la soixantaine, veuf désabusé, picole tranquillement en jouant aux échecs avec Hamid dans un troquet du quartier. 
Là, il remarque Janis, la serveuse, âgée de vingt ans, paumée, elle vit
avec José, homme violent, mêlé à un trafic de drogue, qui la cogne.
Serge en est sur. Il doit sauver Janis des griffes de son brutal amant et donner un sens à son

existence.
Ces deux là vont vivre une cavale avec aux trousses une bande de tarés, Carlos et Sammy, dealers et petits caïds de la cité.
Le lieutenant de police, Franck Mattis va mal. Père divorcé, défaillant, il essaie sans grand succès de se guérir de diverses addictions: drogue, sexe,jeux, alcool.
Son rendement au travail s'en ressent. Son coéquipier Rémi doit lui sauver la mise de plus en plus souvent.
Ses dettes de jeu grossissent plus vite que ses rentrées d'argent.et ses créanciers ne sont pas très patients. Franck veut retrouver un peu d'estime de lui même et renouer avec son fils.
En enquêtant sur une affaire de drogue, il croise la route de José (petit ami frappeur de Janis) avant que celui ci ne disparaisse.

Biographie : Bien que né en 1963 à Chamalières, Philippe Hauret passe sa tendre enfance sur la Côte d’Azur, entre Nice et Saint-Tropez, avant de remonter progressivement, suite aux divers aléas de la vie parentale, vers les brumes d’une banlieue parisienne… Études chaotiques, errements divers, voyages et autres expédients, puis arrive une série de petits boulots – tous plus anachroniques et enrichissants les uns que les autres – à même de forger le caractère et l’expérience d’un futur auteur de polars ! Ayant depuis réussi à canaliser cette folle énergie, il travaille désormais pour la bibliothèque d’une université.

SPSP : Ce roman nous présente des vrais gens, de la vrai vie, avec leurs cœurs, leurs désirs, leurs doutes, leurs bêtises, mais qui, tous ont la volonté de vouloir changer d'existence. Le fric, le pouvoir, l'amour, la drogue, la cavale, la mort
Avec ses personnages criants de vérité, Philippe Hauret nous tient en haleine jusqu'au bout du livre.



Aucun commentaire: